Le syndrome de l’imposteur

Le syndrome de l’imposteur, mais qu’est-ce que c’est ?

Le syndrome de l’imposteur est le fait de ne pas se sentir légitime dans un domaine, en pensant que les autres sont beaucoup plus compétents ou intelligents que soi. C’est le sentiment de ne pas être à sa place et la peur d’être « démasqué ».

Mais D’où ça vient ?

Ce syndrome nous vient souvent de l’enfance, avec un réel manque de confiance en soi. Il est d’autant plus fort chez les personnes qui ont fait peu d’études et qui sont autodidactes, ou lors d’une promotion ou d’un changement de poste, dans lequel les responsabilités sont supérieures au poste précédent.

Il touche les hommes comme les femmes, les personnalités et les anonymes, même Antoine de Caunes n’y a pas échappé…

Face à la réussite, notre culture et notre éducation européenne nous invite à la modestie. C’est ainsi qu’une personne avec peu d’estime de soi peut être totalement angoissée devant son ascension, et aura alors tendance à penser que c’est « un coup de chance », un « hasard » d’en être arrivé là au lieu d’y voir du talent et des compétences.

Et c’est grave docteur ?

Auto dévaluation, stress, insécurité, situations anxiogènes, etc… voilà ce que provoquer paradoxalement la réussite dans certains cas.

La réussite n’est pas toujours signe de satisfaction personnelle.

C’est ainsi que l’on passe notre vie à vaciller entre ENVIE de réussir et PEUR de réussir.

Ok, mais alors comment je fais ?

Pas de panique ! ça se soigne !

Le syndrome de l’imposteur peut être stoppé, voire disparaitre complètement de notre horizon, c’est une question de choix et de travail sur soi.

Comment ça ?

1) Cesser de vouloir être parfait.

Ne pas être expert dans un domaine ne veut pas dire être incompétent. Bien souvent, nous nous sous-estimons alors que nous avons tendance à surestimer les autres. L’assurance vient avec le temps. Commençons donc par nous mettre psychologiquement au même niveau que nos confrères, nos collègues, nos concurrents, etc…

Pour nous auto-évaluer, rien de plus simple.

Petit exercice :

  • Prenez une feuille de papier et notez vos qualités, vos compétences, votre savoir-faire et votre savoir-être. Notez tout ce qu’il y a de positif en vous. Demandez à vos proches de vous décrire, si vous avez du mal avec cet exercice. Notez tout, et lisez à voix haute.

Chaque jour, lisez votre feuille de papier et faites-vous des compliments sur vos qualités. Gardez en mémoire que le positif.

Et pour le négatif ? On s’en fiche ! on n’est pas parfait !

2) Cesser de se juger à travers le regard des autres.

Habitué à nous auto-critiquer et à nous trouver des défauts, nous pensons que les autres n’ont rien d’autre à faire que de nous critiquer aussi… la moulinette à jugements se met alors en route pour nous faire perdre le peu d’estime de soi qu’il nous restait.

STOP ! Dans une même situation, nous ne percevons pas tous la même chose. Restez donc concentré sur ce que vous voyez avec vos yeux, et arrêtez d’imaginer ce que les autres voient… vous n’en savez rien, vous n’avez pas leurs yeux et n’êtes pas dans leur tête.

Petit exercice :

  • Portez chaque jour un accessoire qui vous plait (foulard, bracelet, bretelles, montre, etc…).

Regardez-le régulièrement pour ressentir du plaisir tout au long de la journée. Lorsque vous sentez votre auto-critique négative repointer le bout de son nez, regardez votre accessoire et rappelez-vous comment vous avez eu la bonne idée de l’acheter. Souvenez-vous de ce moment et de la satisfaction que cela vous a apporté.

Vous étiez seul(e) à choisir à ce moment précis, le regard des autres n’a donc aucune incidence sur votre bonheur.

3) Evitez les comparaisons

Un des mécanismes courants de la dévalorisation, c’est la comparaison que l’on s’inflige avec des personnes que l’on prend pour des super-héros.

Les « stars » de la télé-réalité, les photos de célébrités dans les magazines, les articles sur les grands businessmen, tout ce petit monde nous rappelle combien nous sommes insignifiants… Et bien j’ai une bonne nouvelle ! Nous sommes tout aussi importants ! Si nous n’existions pas, ils n’existeraient pas non plus.

Il faut des personnes pour lire les magazines, et des personnes pour être sur les magazines. Vous pensez que vous aimeriez être à leur place plutôt qu’à la vôtre ? En êtes-vous sur ? N’aimeriez-vous pas plutôt être vous-même avec une belle réussite ? Alors foncez !

Pour résumer la situation :

  • Acceptez-vous et traitez-vous avec gentillesse
  • Prenez le temps de vous (re)découvrir
  • Soyez la meilleure version de vous-même.